JEAN 13    34 Je vous donne un commandement nouveau : vous aimer les uns les autres ; comme je vous ai aimés, aimez–vous les uns les autres. 35 A ceci tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »
Contact

Bilan Financier de Juin 2017 à Juin 2018

UNE RELEVE !

AIDONS MARIE !

VOEUX 2018

NOEL DANS LA RUE !

JOYEUX NOEL 2017 !

PETIT COMMENCEMENT

L'AMOUR DU PERE

LETTRE NEWS OCTOBRE 2017

RENTREE DES PLUS PETITS

RENTREE DES CLASSES 2017:18

DEVIS RENTREE SCOLAIRE 2017

TEMOIN DE SON AMOUR

RENTREE SCOLAIRE SEPTEMBRE 2017

INDIGNATION !

AKWABA SAPHIRA

VIDEOS VILLAGE DES MIRACLES

LE VILLAGE DES MIRACLES

UN CONCERT POUR NOS ENFANTS

RESULTATS SCOLAIRES JUIN 2017

RESULTATS SCOLAIRES JUIN 2017

UN PREMIER CHAMP DE MANIOC

MISSION DIMBOKRO AVRIL 2017

LA FOI DE MARIE

VOEUX 2017

NOEL 2016

Un grand MERCI !

"ELARGIS LA TENTE" !

PARRAINAGE

NOS BESOINS, NOS PROJETS

ALBUM NURSERY AVRIL 2016

FETE DES ENFANTS

PIONNIERS DE DIEU

RENTREE SCOLAIRE 2015

NEWS RENTREE SEPT. 2015

ALBUM AOUT 2015

BILAN 2013/14

BRIGITTE, UNE MAMAN

MARIE PIERRE & JEAN FRANCOIS EN MISSION !

OU AS TU LES YEUX FIXES ?

LA OU EST TON COEUR

L'AMOUR EN ACTION

VOEUX 2015

AKWABA SALOMON

ECLATS DE JOIE ET DE RYTHMES !

LILOU

NEWS SEPTEMBRE 2014

TEMOIGNAGE DE MARIE PIERRE DEMARET

NOTRE MAISON DU LYS

VISITE A LA PRISON DE DIMBOKRO

EN MARCHE !

EVANGELISATION A DJRAN

KELLY & ELVIS

SCENES DE VIE AFRICAINES

MIRACLE A DIMBOKRO

O DIEU AIE PITIE !

NEWS 16 OCTOBRE 2013

POURQUOI PARRAINER ?

PARRAINER UN ENFANT ?

T'AS 2 MINUTES ?

LIEN FACEBOOK

    Voici le témoignage si bouleversant de Marie-Pierre :

    J’ai vu le jour dans une petite clinique de Bruxelles.. et après avoir séjourné 15 jours dans un autre hôpital à Louvain pour faire des examens (de conformité de bonne santé), j’ai été accueillie dans ma famille  adoptive. Mes parents adoptifs avaient déjà  un garçon de 18 mois mon aîné qui avait aussi été accueilli car sa famille « de sang »ne pouvait  subvenir à ses besoins, ayant  déjà 3 enfants. Mes parents adoptifs ne pouvaient pas avoir d’enfants à cause d’une tuberculose utérine chez maman décelée sur le tard. Il fallait à l’époque avoir minimum 35 ans pour pouvoir adopter. Malheureusement, mon père (médecin de surcroit) était un grand alcoolique violent et ma mère était soumise et  démissionnaire face à ses responsabilités de maman ; je pense qu’elle ne savait pas comment agir, elle devait se sentir paralysée. Faire SEMBLANT était son maître mode de pensée. J’ai évolué dans ces vapeurs quotidiennes d’alcool, chaque jour avec un poids d’humiliation ,d’autorité exacerbée, de honte et de culpabilité, de solitude ,d’isolement, de terreur constante, de violence morale ,un quotidien destructeur ou tout le monde faisait semblant de rien, moi y compris bien sûr.

Un sentiment de complicité « forcée » et de soumission « involontaire » aussi en étant l’instrument  de ses achats liquides ravageurs. Je me rappelle que je ne parlais presque pas dès l’école maternelle, j’avais peur de tout le monde. Je reconnaissais chaque bruit dans la maison, chaque mouvement depuis ma chambre (parfois cachée sous mon lit ou  dans une armoire) ; étant en même temps prête à me replier  encore plus sur moi-même comme une anémone de mer et en même temps  ayant l’espoir de vivre un moment de repos, de calme ,de sérénité, de retrouvaille. J’appréhendais chaque signe sur son visage A peine avait il bu une gorgée ,je pouvais le discerner dans ses yeux ;dans son allure. Mes capteurs étaient continuellement en action. Mon frère sans doute vivait les mêmes choses , mais nos relations étaient empreintes de cette atmosphère pénible. Mon frère Vincent a voulu partir en pension à 12 ans…(je peux le comprendre aujourd’hui….une image qui me reste encore est de le voir se faire fouetter les mollets avec des orties). Il voulait échapper à ce quotidien. Bref, son départ a augmenté mon isolement . Et j’étais certainement aussi en colère inconsciemment d’être abandonnée par lui. Vincent est décédé d’un cancer d’une glande surrénale à l’âge de 14 ans après 6 mois de souffrances  physiques. Evidemment, on ne me tenait au courant de rien et il a  passé la plupart de son temps en clinique à Bruxelles ; je n’avais quasi aucun contact avec lui. Il est revenu une ou deux fois à la maison, terriblement  cadavérique .Et mon père a eu la bonne idée de me montrer son énorme plaie qui partait du milieu de ses côtes jusqu’au pubis. Vraiment, cela m’a choqué.  J’ai appris son décès par téléphone alors que j’étais au camp des scouts, le 2 août 1978. Ce fut vraiment très  pénible,  mais toutes mes émotions restaient cachées, enfouies au plus profond de moi, je ne savais pas  faire autrement. Quelle injustice et quelle trahison… Après son enterrement, j’ai été envoyée 15 jours en France dans la famille de ma mère où je me suis sentie très seule et exposée aux moqueries d’un de mes petits cousins. Et ensuite, je suis revenue à la maison . La vie a continué sans aucune démonstration de tristesse de la part de mes parents (pas à ma connaissance en tous cas), sans mot de douleur, sans partage de souffrance mais un climat si lourd, tellement lourd. L’alcoolisme de mon père ne s’est évidemment  pas amélioré.. les boissons qu’il consommait se concentraient de plus en plus en alcool. Il était passé de la bière au whisky. Néanmoins, le  peu de moments où mon père ne buvait pas étaient merveilleux. C’était quelqu’un de très sensible et de  très intelligent, il me parlait des étoiles, des galaxies, des roses, de tennis… c’était quelqu’un de très blessé aussi . Je l’adorais et je le détestais. L’ange et le démon en même temps. La messe dominicale forcée faisait partie aussi de ma vie (damnation si je n’y allais pas ), mais de temps en temps, je priais quand même dans mon lit. Je recherchais du réconfort sans vraiment avoir de certitudes au fond de moi. J’avais 12 ans à ce moment. Je me demandais même comment Jésus pouvait connaître toutes les langues du monde entier…pour nous entendre. J’étais en grande demande d’amour et d’attention, de reconnaissance aussi à tel point que j’ai voulu fuguer et aussi me planter un couteau dans le ventre devant mes parents afin d’attirer leur attention  mais tout cela est resté au niveau de mes pensées. J’avais aussi un souci avec mon image, mes dents  définitives avaient été toutes abîmées par des antibiotiques pris étant petite, elles étaient poreuses, constamment cariées et vraiment affreuses.  J’avais honte et me cachais. C’est à l’âge de 21 ans que tout cela a été réparé. Je crois que je bas le record des heures passées au cabinet dentaire. Je suis ensuite partie étudier à Bruxelles la dentisterie (mon père voulait que je fasse l’université) échec.. et j’ai bifurqué vers  la diététique, j’étais heureuse (si on veut) loin de la maison. Ma mère était toujours en enfer.. Parfois, elle me disait de ne pas revenir de Bruxelles  ou alors je décidais moi-même de reprendre le train pour la capitale tellement l’état de mon père était pitoyable. Quelle dépravation ! Il ne travaillait plus pour des raisons de santé car il avait des  problèmes pulmonaires.

Je recherchais l’amour, la reconnaissance et l’attention mais ces blessures  m’ont amenée à avoir une vie sentimentale complètement décousue ; alors que mon rêve depuis petite était de me marier pour la vie et  d’avoir 3 enfants. Je me suis mariée une première fois avec une personne qui correspondait à l’image de mes parents et aussi pour fuir de chez moi ; et en effet, j’ai eu 3 beaux enfants de 1991 à 1994, je pouvais enfin donner et surtout recevoir de l’amour. Mais je n’étais pas heureuse et le schéma se répétait (j’étais  soumise et mon mari m’infantilisait beaucoup ,il ne s’occupait pas des enfants mais bien de lui) ; j’ai rencontré quelqu’un et je suis partie avec mes 3 enfants alors âgés de 6,5 et 3 ans. Ce fut très dur car mon mari a beaucoup utilisé mes enfants pour m’intimider. En même temps mon père était hospitalisé pour une pneumonie fulgurante. Il est décédé aux soins intensifs peu de temps après.

La vie a continué.. nous sommes retournés tous les cinq habiter dans la maison de mes parents. Maman avait aménagé un  petit « chez  soi » dans la partie médicale ; elle y est encore très bien installée. Elle a à ce jour 86 ans.

     Je n’étais toujours pas heureuse, encore fortement meurtrie et prisonnière de mes émotions, de mon passé .Toujours ce grand vide… Je gérais tout, toute seule à la maison en plus du travail et je ne me sentais pas du tout épaulée. C’était comme si je vivais à  côté de ma vie , paralysée. Je regardais le film de ma vie se dérouler,impuissante.J’ai eu mon quatrième enfant , merveilleuse petite Charline qui a bientôt 15 ans.

    Quelques mois  auparavant, j’avais reçu une lettre de ma mère biologique . Mon ex mari, juste après que je sois partie, avait fait des recherches et pensait pouvoir me récupérer à travers cette personne. Ils se fréquentaient  alors depuis 1 an à mon insu , elle savait déjà tout de moi ; mon ex mari avait été exhiber toute ma (notre) vie chez elle avec photos et vidéos à l’appui. (Je l’ai ressenti comme un viol…).

J’ai donc été à la rencontre de cette dame en toute innocence après avoir échangé quelques courriers .Elle m’écrivait que sa porte m’était grande ouverte. Nous avons  parlé surtout de certaines pièces de mon puzzle manquantes.. Mon géniteur est reparti dans son pays (du côté de Cognac, en Gascogne) lorsqu’il a appris cette grossesse  et depuis, plus de nouvelles de lui. Elle le connaissait à peine l’ayant rencontré en sortie  à la côte belge (elle travaillait comme institutrice dans un pensionnat et lui était docker à Zelzate et Dunkerke  je pense). Guy Fauré.. c’est tout ce que je sais de lui. Mais maintenant, j’ai le meilleur papa de l’univers !

 J’ai aussi appris que je ne suis pas née un 29 mais un 23 décembre, sensation étrange…

Ensuite, elle est partie en Suisse en vue de se faire avorter de moi mais le juge a décidé que la grossesse était trop avancée. (Merci Seigneur !). Je pense qu’elle a été par après dans une organisation d’adoption et que la fin de la grossesse a été cachée. C’était une honte d’être mère célibataire à cette époque. Je n’ai pas de contact à l’heure actuelle par respect pour maman et aussi parce qu’elle a voulu à un moment  prendre du terrain et s’approprier ma famille. Nous nous sommes quand même rencontrées  plusieurs fois. Elle n’a jamais rencontré mes trois plus grands, elle a vu Charline une ou deux fois toute petite. C’est  une personne liée à l’occultisme (voyance et astrologie) ; mon ex mari lui avait aussi apporté des lettres écrites de ma main. Elle les a étudiées pour connaître mon « moi ». Je sais aussi qu’elle a été mariée 4 fois mais sans jamais rien construire de positif. C’est tellement triste de terminer sa vie seule et isolée de tout. J’ai une demi sœur de 8 ans ma cadette, Françoise, que le Seigneur a attiré à Lui à travers moi ; elle a beaucoup de combats encore aujourd’hui….et elle n’a jamais eu de bons contacts avec sa mère, ce, encore à ce jour.

J’ai ensuite souffert atrocement de la névralgie du trijumeau durant trois ans, sans cause précise. Les médecins ont fini par opérer après trois ans d’investigations et  de traitements lourds .Vraiment, je ne souhaite cela à personne. Impossible de vivre une vie normale avec cette douleur aigue.

J’ai toujours cru, espéré à l’amour avec un grand A, je m’engageais vraiment avec un cœur sincère dans toutes mes relations ; je dirais même, une naïveté d’enfant, mais je ressentais toujours un grand vide, une insatisfaction permanente, un retour injuste des choses.  Entre temps ,j’ai été chez pas mal de psychologues afin d’ avoir une aide pour émerger. J’en ai vu pas mal sur une période de plus ou moins 20 ans. A cette époque, je travaillais  à l’hôpital et j’ai fait la rencontre d’un psychiatre d’origine haïtienne(il voulait me rencontrer personnellement car je m’occupais d’une de ses patientes qui était  anorexique.). QUEL PIEGE !! Séducteur, beaucoup de charisme , charmeur , très doué dans le verbe autant pour construire que pour détruire, excellent manipulateur. Il a cerné de suite mes faiblesses et les a utilisées à son avantage .Il m’a vraiment  vampirisé. Et là , la descente aux enfers a commencé…j’étais dans ses filets sans en avoir conscience. On s’est marié 2 ans plus tard (je me demande encore aujourd’hui comment j’ai pu en arriver jusque là ,mais comment ???…) Toutes mes relations ont été coupées autour de moi, il me donnait des médicaments pour dormir et pour les angoisses .Il a retiré mon stérilet et m’acculait à avoir un enfant avec lui afin de boucler la boucle, le dernier maillon comme il disait. Il était insistant quotidiennement et se comportait comme un enfant capricieux. Il était sexuellement dégoutant, et voulait m’emmener  dans des relations  tordues , ce que j’ai toujours refusé. Aux yeux de tous, j’étais comblée , car il ne montrait que son côté « angélique ».Mais je pourrais écrire un thriller psychologique. C’était une personne qui vouait un culte à Marie et à l’archange Raphaël, qui se rendait aussi chez des voyants à Paris. Il invoquait des forces célestes. Il vivait des expériences mystiques avec ses patients pendant les consultations et encore  bien d’autres choses. En fait ,il était chirurgien orthopédiste en Haïti et il a décidé de faire la psychiatrie en ne travaillant qu’avec  les dépressifs bien sûr. Il disait que ça ne l’intéressait pas de soigner les schizophrènes ou d’ autres personnes sur qui il n’aurait pas de pouvoir .Il se nourrissait de ses patients et se faisait leur sauveur personnel. Pauvres gens ! Bref, je me suis retrouvée enceinte mais Dieu n’a pas permis qu’il y ait vie dans la poche amniotique. Je me suis sentie vraiment coincée, je pensais que j’allais un jour finir entre quatre planches ou à l’asile psychiatrique comme il me le disait. LUI, il jubilait ! Quelques semaines plus tard , après la perte de cet œuf « blanc », j’ai remis un stérilet sans hésiter malgré la colère de cette personne maléfique. Quelque part, son plan échouait. Alors, de nouveau les humiliations, la culpabilisation  ,la manipulation. Il maintenait un joug sur toute ma famille. Je n’ai jamais vu quelqu’un d’aussi doué dans la manipulation, une vivacité d’esprit démoniaque.

J’allais à l’époque chez Joséphine pour me coiffer . Elle me parlait du Seigneur et m’a encouragée à aller parler au pasteur car je lui racontais de temps en temps des petites choses qui se passaient à la maison. A ce moment , j’étais à bout mais je ne voulais pas ENCORE m’avouer  un échec. Le pasteur m’a rencontrée. D’après lui, mon état était lamentable (il me l’a dit bien après) .Je me considérais comme un déchet ; j’aurais pu me promener avec une pancarte « je ne suis pas digne d’être en vie ,je ne suis pas digne d’être aimée ,je me laisse mourir». Il a quand même voulu  rencontrer mon mari(le deuxième)  mais il n’a rien obtenu de sa part ,au contraire…de la colère et du dédain. J’ai encore tenté un essai avec lui  lorsqu’il a réservé une semaine de vacances en Thaïlande sans mon consentement bien sûr ; il avait tout programmé jusqu’à avoir fait plier mon chef de service à l’hôpital afin d’obtenir les congés . Je me disais que peut être il changerait. QUELLE CATASTROPHE !! Je me demande combien d’entités démoniaques habitent en lui !  Là , j’ai vu qui il était et j’ai eu un déclic. Il a organisé en cachette un « remariage » sur la plage avec une prédication d’un pasteur à qui il avait transmis ses directives. Je me suis sentie piégée ,il y avait plein de gens sur la plage et je n’ai pas pu reculer. Deux membres du club, témoins à sa demande, ont été contraints de signer sur ce « certificat de mariage » . L’une a du signer Marie et l’autre Raphaël. Il avait été « prier » avec ces deux personnes avant dans une salle de gym du club….Il me forçait encore à faire des choses que je ne voulais pas !  Il avait parfois des gestes répétitifs de la tête ,il disait être guidé par des anges ; tout cela me paraissait tellement étrange . Impossible de le contredire, rien ne l’arrêtait. Une détermination d’enfer… Le lendemain, je lui ai dit STOP, dès notre retour, je veux que tu partes pour toujours, c’est FINI ! De retour en Belgique,il a déployé une énergie énorme pour me piéger encore. Il a fait développer toutes les photos du  renouvellement de vœux car il avait engagé un photographe : des grands cadres pour mettre dans le living et pour mettre au mur chez maman, quatre albums photos qu’il a distribué ; un  à mon chef de service, un à mes collègues ,un aux dames de l’accueil de l’hôpital, des cd de photos  qu’il a distribué à toutes mes connaissances, à ma psychologue de l’époque(avec annotations et conseils bien sûr). Un mail avec copie du certificat de mariage envoyé à tous les contacts. Tout cela à mon insu bien sûr. Bref ,il voulait me faire passer pour folle. Je me suis battue bec et ongles avec l’aide de la justice de paix . Il a quand même réussi à mettre la juge de paix dans sa poche ;celle-ci m’a responsabilisé de la séparation. Il est parti contraint par la loi habiter  6 mois dans un hôtel et a recommencé ensuite  à me harceler au téléphone mais après de nombreuses batailles, beaucoup de prières, le divorce a été prononcé…quel soulagement !!

 En même temps, je continuais à l’aller à l’église et à grandir dans la foi. Je suis née de nouveau. QUELLE  JOIE !!! J’ai rêvé que j’avais un tatouage au niveau de la ceinture sur ma peau   JESUS……. Le Seigneur m’a dit : « à partir de maintenant,  les hommes ne t’utiliseront plus, tu seras mon instrument ».  Aujourd’hui, je peux dire que Jésus me colle à la peau… Je me sentais heureuse, heureuse, je chantais et je dansais de joie chez moi toute la journée. Je ne voulais plus entendre parler de relation avec un homme….plus JAMAIS !!

Je suis restée 3 ans seule à peu près où je me suis restaurée et nourrie par Sa parole, par la prière, par les liens fraternels, par un renouement avec mes enfants  . J’étais même trop acharnée(d’après mes enfants). Le Seigneur a attiré mon fils Andréas et ma fille Charline ; nous sommes tous trois pleinement en Christ et baptisés du Saint Esprit. J’ai eu la joie d’être baptisée en même temps que mon fils….il a 20 ans aujourd’hui. Mes deux filles Stéphanie et Alix sont encore aux études mais je m’attends à la grâce et aux promesses de Dieu dans ma famille. Pendant 1 an, j’ai suivi une formation dans l’aumônerie(mon pasteur m’avait dit qu’il me voyait bien là dedans , (j’ai certainement été influencée par ces mots), mais à ce jour, je crois que le Seigneur me dirige autrement. Je ne veux pas dépendre d’un organigramme ni de filtres catholiques dans les hôpitaux ou d’autres filtres dans des maisons de repos. J’ai à peine œuvré mais mon cœur n’y était pas. J’ai fait un retour vers mon cœur et je me suis rendu compte que je n’étais pas encore guérie du manque d’estime de moi-même. Avant la fin de l’année de ces cours, il s’est passé quelque chose. Je faisais la route avec une sœur en Christ qui habitait pas loin de chez moi et nous nous sommes liées d’amitié .Nous suivions les cours ensemble. En revenant d’un cours, nous nous sommes arrêtées dans une grande surface pas loin de la maison. Et,là, elle a été inspirée d’aller parler à une personne qui se trouve être mon mari aujourd’hui….Je ne voulais rien entendre mais elle insistait vraiment. Bref, notre relation a débuté et nous sommes toujours  et de plus en plus complices..  j’ai arrêté les cours d’aumônerie que j’ai du reprendre  depuis le commencement  l’année suivante. Pendant un an ,j’ai changé d’église, je me sentais culpabilisée et honteuse de fréquenter un non chrétien ; la manière dont mon pasteur et sa femme me parlaient était tout à fait inadéquate, inadaptée et je me suis sentie rejetée. Mais le Saint Esprit m’a rappelée à Lui, je me sentais de plus en plus mal. C’est alors que j’ai demandé à Jean-François de faire abstinence jusqu’à notre mariage.. on  parlait beaucoup mariage depuis un moment ; c’était important autant pour lui que pour moi. Ce fut une épreuve énorme pour moi de le lui demander . Il s’est fâché au départ puis s’est plié par amour pour moi ; il n’a vraiment pas eu facile mais a respecté cette demande à la lettre. Le soir même de cette demande très spéciale, ma fille Charline a reçu le baptême dans l’Esprit. Je suis revenue dans mon église, les choses se sont aplanies un peu à la fois, les liens se sont renoués. Le pardon a été accordé. Mon pasteur a bien voulu nous bénir…Au départ ,il voulait juste prier pour nous lors d’un culte mais après avoir prié beaucoup ,le Seigneur nous a ouvert des portes. Nous avons été bénis lors d’une cérémonie organisée dans une salle sur le lieu de la fête et en plus ,les musiciens et chanteurs de mon église se sont déplacés. Le message apporté était vraiment édifiant. Nous avons vraiment été bénis .Merci Seigneur !!

Je suis convaincue que mon époux est celui choisi par Dieu ,il a des qualités de cœur comme beaucoup d’autres n’ont pas même parmi les chrétiens. Il m’a dit un jour que petit, il voulait être comme Jésus. Comme il me dit,il a repris son bâton de berger et poursuis sa quête. Il parle à Dieu, le remercie de m’avoir mise sur sa route. Je supplie le Seigneur chaque jour d’ôter ce voile .Je réclame son salut et sa délivrance ainsi que pour toute ma famille. Moi et ma maison , nous servirons l’Eternel….Je sais au fond de mon cœur qu’il fera de grandes choses pour Dieu et que nous pourrons œuvrer  ensemble dans  Son champ. Je suis maintenant en guerre  quotidiennement contre l’ennemi de mon âme, j’ai décidé et je suis déterminée à me débarrasser de ce qui ne plaît pas à Christ dans ma vie, à savoir demeurer  avec une faible estime de moi même, je  veux être actrice de ma vie spirituelle et  être un canal de bénédictions. J’apprends à crucifier ma chair avec l’aide de mon Seigneur, à  obéir à la personne du Saint esprit qui vit en moi .Je remercie vraiment mon Dieu de me faire grandir en Sa présence et dans Son Amour. Quel privilège !!

Voilà ,au regard de tous ces mots, je ne peux que dire MERCI à Mon Dieu d’Amour qui a permis que je reste  en vie, qui pourvoit en chacun de mes besoins spirituels, émotionnels, corporels. Il m’a donné des enfants en bonne santé ,équilibrés, gentils et respectueux ;un  époux en or au-delà  de mes espérances. Il  m’ a retiré des grandes eaux et m’a  formé par les épreuves ,Il me modèle encore jour après jour pour Sa Gloire, me mène près des eaux paisibles et me restaure.

      Merci Seigneur pour ton Amour et ta Fidélité. Il n’y a pas de mot assez  puissant   pour exprimer ma reconnaissance et la grandeur de ton sacrifice.

    Que je puisse devenir un de tes arbres au feuillage toujours vert qui porte du fruit en tous temps et que mes racines soient constamment étendues et nourries  dans le courant des fleuves de Ton Amour

 

 



Tous·droits·réservés Design·by· V.Urbino ·2011.·